#Belgomums – profiter de l’été en mode slow parenting

Aujourd’hui, on va ralentir et prendre le temps! On va parler de Slow Parenting.

Quand on a décidé du thème de Juin avec les Belgo Mumsun bon plan pour l’été – je me suis d’abord dit qu’il faudrait livrer une activité, une bonne adresse pour divertir les enfants ou encore une super astuce pour l’été. Mais voilà, c’est seulement notre deuxième été avec Anna, et l’année dernière, elle n’avait que quelques mois. On en est pas encore à  l’âge des stages, et on profite de la crèche qui est ouverte quand même une bonne partie de l’été.

Du coup, je me suis plutôt demandé comment j’avais envie de passer notre été, nos vacances, sans penser à une activité précise. Et c’est ce concept qui m’est tout de suite venu à l’esprit: le slow parenting. Et ce sera ça mon bon plan de l’été, pour les parents pressés et stressés que nous sommes tout le reste de l’année, on va apprendre à se détendre, ça va plaire à nos enfants! 
Entre boulot et bébé, c’est souvent la course en semaine, et cet été, du moins pendant les vacances et les weekends, j’ai envie de ralentir le ryhtme et apprendre à suivre le rythme de notre fille. C’est ça finalement le slow parenting.

J’ai beaucoup lu sur le sujet ces derniers temps. Le point de départ, ça a été cet article de Joanna sur son blog A cup of Jo. Elle nous y raconte sa frustration de toujours dire à ses enfants de se dêpecher. Je m’y suis retrouvée, même avec un petit bébé de même pas un an et demi. Pourquoi? Parce que le matin, c’est toujours un peu la même histoire. D’abord, je dois souvent la reveiller, ce qui me fend le coeur. Ensuite, on prend notre petit déjeuner. J’adore prendre mon petit-déjeuner avec Anna. Avant, je n’en prenais pas, juste une tasse de café vite avalée le matin. Avec elle, j’ai appris à me poser un instant le matin, avant de démarrer vraiment la journée. Et c’est chouette moment, où c’est elle qui donne le rythme, justement. Enfin, au début du moins…
Moi, je mange une tartine et je bois un petit café. Et voilà. Pendant ce temps, elle croque dans sa banane, puis prend sa tartine, elle me sourit, tape dans ses mains, puis reprend sa banane, puis veut boire un peu de lait, me montre un truc avec son doigt, puis à nouveau sa tartine, oh et puis tiens une fraise pourquoi pas! Elle minaude, rigole, se concentre ou regarde ailleurs. J’adore tous ses petits gestes, mais c’est plus fort que moi, après un moment, je finis par regarder l’heure, et là c’est foutu, c’est mon rythme qui l’emporte. Je commence à faire défiler dans ma tête tous les trucs qu’il nous reste à faire avant de partir. Et c’est là que je sors doucement: « Allez Anna, on se dépèche un peu? » et ce sera le premier d’une longue série, jusqu’à ce qu’on soit enfin dans la rue, en route vers la crèche.
Et à chaque fois, ça me rend un peu triste tout ça. Devoir la réveiller le matin, lui imposer notre rythme tout le temps pressé.  Alors qu’elle, elle ne demande qu’à examiner les miettes sur la table, ou taper tranquillement dans ses mains. L’heure qu’il est, elle s’en fiche!

Pendant les vacances, j’ai vraiment envie de prendre le contre-pied de tout ça, et la laisser vivre un peu à son rythme.

Le Slow Parenting s’intègre dans le mouvement slow, très à la mode dans plein de domaines. Vous connaissez sûrement le mouvement slow food, développé en opposition aux fast-foods. On fuit les supermarchés et les plats préparés pour faire le plein de légumes sur le marché et chez les petits producteurs locaux. Il y a aussi la slow fashion, qui gagne du terrain dans la blogo-mode – ou comment consommer moins mais mieux, épurer sa garde-robe (ça s’appelle une garde-robe capsule) et ne garder que l’essentiel, voire même fabriquer soi-même ses vêtements. Et puis vous connaissez le slow-blogging?

Le slow parenting, c’est ralentir aussi avec les enfants. Ne pas prévoir pour eux un agenda rempli d’activités en tout genre, accepter qu’ils s’ennuient un peu, les laisser trouver eux-mêmes des choses à faire, et les accompagner dans ces activités, sans les presser.

L’été semble parfait pour mettre tout ça en pratique. Sans impératif d’horaire pendant les vacances, et si on s’adaptait un peu plus à nos enfants, plutôt que de leur imposer notre vie de fou. Si on vidait un peu nos agendas, et qu’on les laissait faire la sieste quand ça leur chante, qu’on allait juste se balader avec eux, tranquilles, pour les suivre dans leurs aventures, plutôt que les guider. Si on les regardait grandir à leur aise, pendant que le soleil brille?

Anna va m’apprendre plein de choses, j’en suis sûre!

Retrouvez les articles des Belgomums – et leurs bons plans! – sur notre page Facebook!

ps: la photo, c’est le beau ciel de Bruxelles, oui oui!